Accueil

smiley : regular_smile 2 minutes 49 de bonheur dans ma chienne de vie

 

Surtout ne changez rien !!!

!http://www.youtube.com/watch?v=1QQzbCmlZM4

jeudi 14 octobre 2010 à 14h17 par troll | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Pas trés fier

Arrivé un dimanche à Paris pour régler diverses questions, j’ai appris que la cérémonie de crémation du Professeur  M. S. aurait lieu le mardi suivant .

Peu de monde, hormis quelques huiles de l’Institut que j’ai particulièrement apprécié de pouvoir saluer.
Il est vrai que le défunt s’était attiré sur la fin de sa vie de nombreuses inimitiés à force de faire n’importe quoi pour satisfaire aux besoins de plus en plus aigu de reconnaissance qu’il ressentait . Il en était devenu ridicule (sa renommée dans sa partie n’étant plus à faire) et nuisible. Ainsi les autorités de trois pays avaient sollicité une personne que j’ai fort bien connue afin qu’elle publiât certain travail scientifique dont l'édition française (voulue par l’auteur) devait recevoir l’aval de M. S. . Celui-ci s’est assis sur le manuscrit trois ans durant. Tant et si bien qu’une étude canadienne, similaire et honorable,  a fini par être éditée de l’autre côté de la Méditerranée rendant ce travail caduque.
Bandes de cloches éprises de leur ego et de leur parti pris.
J’étais venu à cette cérémonie pour témoigner que les sottises et les rancoeurs se dépassent.
J’étais en avance et laissais errer mes pensées dans les allées sereines du cimetière du Père Lachaise .
Je me suis voté une paire de baffe lorsque j’ai songé que si  M. S. avait su éviter les fours des camps de concentration  de Pologne en tant que juif polonais  d’origine, il n’échapperait pas au  four crématoire du Père Lachaise.
Sottise rime bien avec expertise. Heureusement, je ne revendique que sottise.
mercredi 18 août 2010 à 21h20 par troll | # | 8 commentaires

smiley : regular_smile Tinquard

 

 
        L’HUMEUR DU TEMPS
 
L’été est déjà un automne
L’automne sera un hiver
Et l’hiver, faute de pire, sera encore un hiver.
Il y aura sans doute un printemps,
Mais déjà réservé à d’autres,
Je ne le verrai pas.
A quoi bon ?
Rappelle moi, jeune Parque,
Non avions bien rendez-vous aux Champs-Elysées ?
 … et après moi ?
… les fleurs de l’ironie!
 
                                               F-V. 18/08/2010
mercredi 18 août 2010 à 07h57 par troll | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Klee rencontre Picasso, Zentrum Paul Klee à Bern

 

 
Étrange exposition offerte dans une architecture plus pratique qu’intéressante.
La richesse des collections publiques et privées de Suisse ne se cache plus, notamment  le fond Paul Klee du musée de Bern; quelques œuvres majeures venues de New York et Paris sont également à signaler .
Si ces trésors illustrent parfaitement le rôle de Picasso et de Klee comme « aiguilleurs » de la peinture du XXème siècle, en revanche ils n’éclairent pas plus, se bornant au constat des antagonismes et les similitudes (rares)  de leurs auteurs.
Je suis ressorti de l’expo en me demandant ce qu’elle avait voulu démontrer, mais somme toute enchanté par la magnificence des œuvres exposées.
De plus toiles, aquarelles, eaux fortes et dessins, viennent à propos appuyer les profils artistiques de Paul et Pablo.
En fait, j’ai vu deux expositions pour le prix d’une. Elles m’ont semblé vouloir dire que deux géants coexistaient presque simultanément  en Europe, et que ces géants se regardaient un peu de temps à autre d’un œil étonné, puis poursuivaient pour notre bonheur leur propres investigations.
 Bern est charmante, ses habitants sont serviables, Paul Klee reste mal représenté hors de Suisse.

http://www.kleetrifftpicasso.ch/fr

mercredi 04 août 2010 à 09h06 par troll dans Expositions | # | 3 commentaires

smiley : regular_smile SANS TITRE

Napoli - Chiostro di Sta Chiara

 

UN PEU À LUCILE

 

Lorsqu’à  la nuit tiède et agitée,

Les plaies du cœur se déchirent de nouveau,

Comme aux temps où ta gaité assassinait mon bonheur

Afin de faire vivre tes plaisirs,

Le sang  s’écoule et se répand comme naguère.

Face à lui je me retrouve étonné,

Egaré par sa couleur d’un superbe grenat poisseux,

Incapable de lui fournir la moindre  raison  d’être venu.

Il  est là.

Comme la douleur inexpiable.

On croirait que ressentir cette souffrance

N’a d’autre sens que de confirmer l’existence.

Prix absurde.

Au petit matin, j’en refuserai le paiement à l’aubergiste

Quitte à paraître avare ou mesquin .

Car … moi aussi  j’appelle  tout doucement parfois la mort.

Et sais tu ce qu’elle me répond ?

Que belle et éternellement  jeune et coquette,

Elle ne viendra  qu’à son bon plaisir.

sale chipie !!!

mercredi 14 juillet 2010 à 06h09 par troll | # | 6 commentaires
Précédent : Rien gn'à foot
 
Hébergé par karmaos.com