Accueil

smiley : regular_smile L'Assiette qu Beurre

  

-           Il m’a traité  (même pas sous entendu … « de Con,  ou d’autre nom d’oiseau généralement peu flatteur»)

Traduction :

-          Il m’a insulté en me traitant de …Etc.

 

Évaluation :

Charmante innovation et évolution du langage apparue fin 20 ou début 21 ème siècle, dans la langue parlée des «quartiers » ;  les quartiers étant devenu la désignation de  zones d’habitation populaires où sont stockés principalement les immigrés de fraîche date ou qui n’ont pas réussi  ou voulu se fondre dans la médiocrité franchouillarde.

 

Perspective :

« Traiter » est une affaire grave

D’ailleurs si l’insulte est commune et facile chez certaines catégories de population (encore un bel euphémisme !) , la riposte peut être rapide et violente selon la graduation de l’insulte .

Dans tous les cas , s’il est un métier sans avenir, c’est bien celui de traiteur.

 

Mortalité :

… et comment peut on écrire tant de sornettes d’un seul coup !!!! 

 

vendredi 22 août à 09h46 par troll | # | 1 commentaire

smiley : heart note d'info

Samedi dernier, tranquilement , en famille,  cap sur Rodez (Aveyron) pour visiter le tout nouveau musée Pierre Soulages inauguré le 30/05/2014

Conception arhitecturale sublime.L'architecture s'est faite sculpture.  je n 'en dis pas plus, découvrez par vous-même par images du net interposées, ou mieux enore, en y allant sur place.

Si, quand même trois mots. Les concepteurs ont intégré un resto plus un café brasserie (café Bras) dont la cuisine surprenante mais comestible est assez peu aveyronnaise (dommage même si ce qui est servi reste assez bon). Au café on peu obtenir un plat et un dessert qui  valent environ 18 euros boisson comprise. Les toilettes sont mal entretenues.

Quant au contenu du musée proprement (si je puis dire) dit,  j'ai remarqué d'excellentes eaux-fortes.  elles sont patrfois accompagnées des cuivres ayant servi au tirage. Presque toutes les techniques de l'estampe sont représentées  il ne manque que le bois gravé et le burin.

L'oeuvre peinte n'est pas mal du tout aussi

ya plus de foule depuis l'inauguration. Douceur provinciale.

ça vaut largement le voyage si vous n'avez pas besoin de faire un pipi urgent, mais aussi  je suis peut être mal tombé ce jour là , cela aurait pu être bien pire en tombant un autre jour sur un ministre de la kulture...

Sauf cet incident, excellente super balade et puis Soulages est un grand magicien..Il a réussi à faire jaillir de la lumiére de ses barbouillages noirs

mardi 08 juillet à 06h29 par troll | # | 2 commentaires

smiley : regular_smile à Monsieur Queneau z'et à Zazie

 Ḉa me glonfle sévère  cette utilisation forcenée  et sans discernement du vocabulaire  de la belle langue française.

D’ailleurs l’abus dont il est fait parfois   est  plus révélateur de carences ou de pauvreté du langage  qu’il ne traduit un enrichissement  légitime  de la langue, voilà.

« VOILA », est très en vogue actuellement. Certaines personnes, ponctuant tous les trois mots leur discours de cette « respiration », lui font tenir tantôt le rôle du « heu… » fort peu élégant, tantôt les dispense d’achever leurs phrases, ce « voilà » pouvant constituer à lui seul un argument suffisant.

Bien d’autres tics de langage ont connu des carrières aussi brillantes. J’ai ainsi le souvenir  assez proche  d’un « absolument » qui remplaçait systématiquement  les « oui ». C‘était  trop simple sans doute !

Parfois ces déviances du langage sont importées, issues  la plupart du temps d’usages abusifs pratiquées (typicaly) outre atlantique conférant (typiquement) de la sorte une aura  internationale  aux locuteurs. Les plumes du paon impressionnent encore, voilà !  

Bien sûr il faut faire son tri avec discernement et ne pas faire de mauvais procès aux enrichissement  et évolution naturels du langage. Cependant certaines tentatives confinent au ridicule : ainsi le nom d’ « égérie » devenu un mot  ordinaire  semble devoir depuis peu remplacer celui « d’emblème commerciale » et cela devient burlesque de lire que Monsieur Machin est à présent  devenu l’égérie des parfums Kipûdépié, surtout lorsqu’on se rappelle qu’Egérie est depuis  l’antiquité romaine une muse inspiratrice.

Je préfère NETTEMENT  une langue et des usages  créés dans la rue ou à l’Académie plutôt que dans des officines de grosses épiceries de marketing . Ces dernières  sont trop souvent enclines à l’épandage d’épais nuages de fumée  afin de mieux nous tondre et hors la vue de témoignages   encombrants 

samedi 12 avril à 14h48 par troll | # | 5 commentaires

smiley : tounge_smile Eureka brochettes aux figues

 Faire cuire du riz basmati 12 à 15 minutes dans  de l’eau  peu  salée pour les 9/10 ème des rations prévues  par personne

Rajouter  et mélanger le 1 / 10 manquant  ou nettement  moins en riz sauvage  cuit 40  bonnes minutes   

Equeuter  2 ou 3 figues sèches par personne,    les découper  menu menu  (elles vont passer au mixeur, préparez  lui donc le travail )

Faire tremper une heure  au frigo les figues dans un quart de verre de lait frais par personne pour les ramollir un peu plus .

Rajouter en début de trempage une cuillère à café de curry Madras pour 4 personnes  avec un peu de poivre du moulin

Au bout de ce trempage-ramollisage passer les figues au mixeur pour obtenir une pâte brune

Servir le riz très chaud (hop, un coup au four) avec la pâte de figue non réchauffée, séparée ou mélangée

Accompagne des brochettes de magret de canard  ou de porc ou de môton, en alternant viande et fruit sec

Pour éviter que la pâte ne soit trop liquide mettre de la crème fraîche

vendredi 11 avril à 22h54 par troll | # | 3 commentaires

smiley : regular_smile La tondeuse chinoise

 

VILLANDRY 

 

Hier c’était quasiment une belle journée de printemps !
Je me suis mis au jardinage avec un peu plus de conviction que d’ordinaire et m’attelais à tondre l’herbe de mon jardin afin de lui donner l‘allure d‘ un  joli  gazon propret  et bien léché (je crois d’ailleurs que le jardin a été dessiné à l’origine par un paysagiste ce qui facilite les choses). 
J’étais donc fort occupé à vérifier qu’aucun brin d ‘herbe ne dépasse son voisin lorsque,  dérogeant à sa vieille habitude de me laisser en rade, ma tondeuse cessa d’avancer. Il est un fait bien établi que mon mépris à l ‘égard de la mécanique me  vaut toute sortes de représailles de la part de cet engin : je n’ai jamais été un foudre de mécanique et je dois avouer que mon exploit le plus marquant dans ce domaine est d’avoir réussi le remplacement des  essuie-glaces de ma voiture en moins de quatre semaines.
Mais non il ne s’agissait pas cette fois ci de l’un de ces règlements de compte entre les dieux de la mécanique et moi. C’était un farce nouvelle que mes jambes venaient d’ interpréter : aucun de mes deux pieds n’acceptait de décoller du gazon afin que  je  puisse fournir l’impulsion nécessaire à la progression de cette damnée tondeuse. Ni les insultes, ni les menaces  ne surent convaincre mes jambes de fonctionner, c’était simplement Mr Parkinson qui venait de remporter une nouvelle manche.
Je rampais vers un siège de jardin et m’y hissais avec difficulté attendant que la dopamine tente de remettre un peu d ’ordre dans mes contorsions et acrobaties. J’avais eu la chance que mon Epouse soit occupée à l’arrachage des môvaises herbes dans le jardin non loin de moi et puisse me « secourir » en m’apportant mes nécessaires pilules
Assis, attendant que la dopamine veuille bien faire effet et me permette de faire frémir mes jambes, je laissais mon regard tomber sur cette saleté de tondeuse de fabrication chinoise achetées 15 jours plus tôt : l’ensemble filtre à air et admission s’était cassé… et youpi, achetez français

 Parkinson c'est pas français ça non plus

mardi 18 mars à 22h53 par troll | # | 5 commentaires
Précédent : KULTUR
 
Hébergé par karmaos.com